Mon enfant évolue-t-il dans un milieu suffisament riche?

On nous répète, depuis des années, que nos enfants doivent évoluer dans un environnement riche, dans un environnement de qualité pour développer pleinement son intelligence, ses capacités, devenir autonome et s’épanouir.

Aïe Aïe Aïe, quand on voit les photos Facebook ou Instagram des blogueuses qui nous partage le quotidien de leurs enfants,… Il est difficile de ne pas se comparer, de ne pas comparer nos enfants, de comparer nos environnements. Combien de fois j’ai culpabilisé de ne pas avoir assez de matériels pédagogiques, de jeux éducatifs. Combien de fois j’ai culpabilisé de ne pas faire assez d’activités. Combien de fois j’ai culpabilisé de ne pas pouvoir offrir à mes Graines un environnement suffisamment riche.

Depuis, les choses ont beaucoup changé. J’ai compris ce qu’est un environnement riche. Et j’estime que celui de mes Graines n’est pas parfait, mais qu’il est beaucoup plus riche que ce que je pensais.

Mon mari a acheté des petits pois et des fèves à écosser, vendredi. Je me suis dit « oh la galère, je suis trop débordée pour ce genre de trucs ». Et puis💡, je me suis dit que ça pouvait être une activité sympa à faire avec les Graines. Quand on est en IEF, on développe un don, loool, on voit dans des choses banales, de superbes opportunités d’apprentissages.

Alors samedi après-midi, je me suis installée sur un tapis avec mes petits pois et 2 bassines. Plutôt que d’appeler mes Graines, j’ai commencé à écosser mes petits pois. Les enfants ont un drôle de détecteur et dès que leur curiosité est piquée, ils rappliquent en quelques secondes. Et là, j’étais sûre de mon coup.

Mes Graines ont fait pendant 1h30 d’incroyables expériences sensorielles. Je n’ai pas donnée de consigne en particulier, juste quelques règles, histoire de ne pas retrouver des petits pois dans toute la salle.

Vie pratique montessori petit pois

Dans un premier temps, elles ont écossé quelques cosses de petits pois. Puis, elles ont goûté. Elles ont adoré passer les mains  dans la bassine des petits pois (je trouve ça super agréable aussi🙂). Elles en ont écrasé certains. Graine 2 a voulu savoir comment c’était de couper des cosses de petits pois, ça fait scritch d’après elle, elle s’est bien amusée. Elles ont bien évidemment balancé, au plafond, quelques petits pois, elles trouvaient ça drôle de les faire rebondir de cette manière. Elles ont cherché des bébés (les petits pois tout riquiqui). Et puis, elles ont gardé précieusement un petit pois pour vérifier si elles étaient princesses ou non (cf la princesse au petit pois), finalement elles ont oublié de le faire ^-^. J’ai oublié, elles ont mis un petit pois dans leur nombril et elles étaient morte de rire. Elles ont remarqué la « mousse » qui tapisse l’intérieur des cosses de fèves, elles l’ont touché puis goûter. Bref, pleins de choses « banales » mais riches. Elles ont fait travailler tous leurs sens. Je n’avais pas imaginé que ca puisse être aussi riche sensoriellement. Elles ont appris de nouveaux mots: écosser, cosses. Elles ont fait travailler leur motricité fine, muscler leurs doigts.

À un moment, j’ai voulu parlé des petits pois, leur expliquer que c’étaient des graines et blablabla et blablabla. Et puis, je me suis souvenue des propos d’Emilie du blog Éveil et nature. Quand on veut éveiller les enfants à la nature, on fait souvent l’erreur de vouloir absolument leur transmettre des informations et puis finalement, on les perd. J’adore Émilie et son travail, alors je sais, je vous parle souvent d’elle.  Mais, ses conseils sont juste géniaux. Je les mets en pratique avec mes Graines et j’en récolte les fruits tous les jours.

Mes Graines se fichaient de savoir ce qu’est un petit pois. Elles étaient juste concentrées et captivées par leurs découvertes sensorielles. Si j’aurais parlé, elles auraient entendu blablabla et blablabla. Alors que leurs découvertes leurs permettaient de s’approprier un peu plus encore la nature et le monde qui nous entoure.

Je m’égare, je m’égare. J’adore parler et souvent ça va dans tous les sens. Alors revenons à nos moutons. Tout ça (un peu plus de 600 mots quand même 😰), pour te dire que même si le matériel pédagogique est important, ce qui rend l’environnement de nos enfants riches, ce sont les possibilités d’expérimentations qu’il offre. 

Plutôt que de culpabiliser de ne pas avoir trop de ceci ou de cela, observez vos enfants et demandez vous si ils ont, au quotidien, la possibilité d’expérimenter

 

Le but de mon article est de vous faire prendre conscience qu’une activité banale peut se révéler être très très riche en enseignement pour votre enfant.

Nos enfants sont des petits scientifiques en herbes, ils ne nous attendent pas pour expérimenter, valider ou non leurs hypothèses. Ils sont de nature curieuses et sont programmés pour apprendre.

Le plus souvent ce qu’il nous manque, ce n’est pas du matériel ou des jeux, c’est du lâcher prise!!!

Quel est votre réaction quand votre enfant sort toutes les casseroles du placard, les pose à l’envers et se met à taper dessus avec une cuillère en bois? Et si on réagissait de la mauvaise manière?

Ce qui m’aide à lâcher prise, ce sont les bonnes informations, les connaissances. Il y a une video que j’affectionne tout particulièrement. Il faut absolument la visionner, elle est juste là!!! Je l’adore parce que même si il est difficile d’avoir un tel lâcher prise, je suis beaucoup plus cool à chaque fois que je la regarde. Vous me comprendrez une fois que vous l’aurez vu!!! Dites moi ensuite en commentaire comment vous trouver l’environnement de votre enfant et pourquoi.

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.